Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie CSAPA "Sainte-Marie"

Présentation: 




Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie

CSAPA "Sainte-Marie"


Lieu dit Cayssiols
CS 23207 OLEMPS
12032 RODEZ Cedex 09
Tél. : 05 65 67 54 33
Fax : 05 65 67 54 36
p.roux@rodez-groupe-sainte-marie.com

 

Un peu d'histoire: 

Les missions des Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie sont inscrites dans la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale, conformément au décret du 14 mai 2007 fixant les missions obligatoires et facultatives des CSST, complété par le décret du 24 janvier 2008.

Le CSAPA s’adresse aux personnes en difficulté avec la consommation de substances psycho-actives (licites ou non, y compris le tabac et les médicaments détournés de leur usage) ainsi qu’aux personnes souffrant d’addictions sans substance.

Le CSAPA du CH Sainte Marie évolue depuis plusieurs années dans une progression dynamique de prise en charge de l’ensemble des addictions.

Dates clés :

13 octobre 1997 : ouverture du Centre d’Accueil et de Soins aux Pharmaco-dépendants.

11 avril 1998 : ouverture du « point méthadone ».

Au vu de la réglementation en vigueur, une proposition de fonctionnement de cette unité de consultations en tant qu’établissement et service médico-social a été présentée par le C.H. Sainte-Marie de Rodez.

Par arrêté du 24 octobre 2003, cette demande est acceptée pour une durée de 3 ans, en CSST.

Le 29 avril 2010 passage en CROSMS pour transformation du CSST (Centre de Soins Spécialisé aux Toxicomanes) en CSAPA (Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie).

Le 15 juillet 2010 : arrêté de l’ARS confirmant la transformation du CSST en CSAPA spécialisé en drogues illicites.

Le 10 juin 2013, arrêté de l’ARS prolongeant pour une durée de quinze ans à compter du 11 juin 2010, l’autorisation accordée au CSAPA à cette date.

Projet d'établissement: 

Le projet d’établissement du CSAPA Sainte Marie s’inscrit dans une démarche qualité qui prend nécessairement en compte les valeurs de l’Association Hospitalière Sainte-Marie, la singularité de la population accueillie et les orientations du PRS (Plan Régional de la Santé en addictologie (SROS/SROMS addictologie.

Ce projet est en cours de validation.

Informations clés: 

Activité 2016 :

-   File active : 446

 

Du côté des usagers: 

L'évaluation externe du CSAPA Sainte Marie menée par un organisme ANESM habilité à le faire s’est déroulée les 6 et 7 novembre 2014.

Il ressort dans la conclusion que la structure est bien repérée dans le réseau de soin territorial, que le service offre une prise en charge individuelle réfléchie en équipe pluridisciplinaire qui sait se maintenir.

Concernant les efforts à apporter (efficience des outils de la Loi 2002,  projet personnalisé) ils font partie intégrante du projet d’établissement de la structure en cours de rédaction.

 

Niveau 1 : Inacceptable, dangereux
Niveau 2 : Insuffisant
Niveau 3 : Moyen
Niveau 4 : Bon
Niveau 5 : Excellent

Centre Hospitalier Sainte-Marie Rodez

Présentation: 
Centre Hospitalier Sainte-Marie de Rodez
Centre Hospitalier Sainte-Marie Rodez

Lieu dit Cayssiols

CS 23207 OLEMPS

12032 RODEZ CEDEX 9
Tél. : 05 65 67 53 00
Fax : 05 65 67 53 82
Un peu d'histoire: 

La prise en charge des malades mentaux dans le département débute par la construction de l’asile départemental d’aliénés de « Paraire » en 1838.

Sa capacité d’accueil s’avère rapidement inadaptée : prévu pour 300 malades, il en accueille 575 en 1910. Les locaux devenant vétustes, le département envisage l’édification d’un asile pour 800 malades sur le domaine de Cayssiols, dont l’achat par le Conseil général, remonte à 1895.

En 1931, la Congrégation Sainte Marie de l’Assomption rachète le domaine de Cayssiols. Cinq religieuses viennent s’y établir. Débutent alors d’importants travaux. Les premiers transferts de malades femmes ont lieu en 1939.

Asile de Paraire - 1834

Les travaux, interrompus par la guerre, s’achèvent en 1952. Dès lors, l’accueil des malades hommes devient possible. Les derniers transferts ont lieu en 1955, situant l’effectif à un millier de malades.

Echappant à toute contrainte urbaine, l’hôpital de Cayssiols occupe alors une surface de 175 ha, dont 25 en bâtiments et 150 en prairies, forêts ou champs labourables. A cette époque, une cinquantaine de religieuses s’occupent des malades ; du personnel laïc est recruté.

En 1974, un arrêté préfectoral met en place la sectorisation de la psychiatrie adulte en Aveyron : le département est découpé en quatre zones géographiques appelées « secteurs » (Espalion, Millau, Decazeville, Villefranche de Rouergue) chacune placée sous la responsabilité d’une équipe animée par un médecin-chef. Au centre, la ville de Rodez n’est pas sectorisée.

A partir de 1982, dans chacun des secteurs vont être développés des centres de consultations (centres médico-psychologiques). Cette année-là, la première maison de retraite Sainte-Marie sera créée.

En 1985, un nouvel arrêté préfectoral redécoupe le département de l’Aveyron. Quatre secteurs demeurent rattachés à l’hôpital psychiatrique Sainte Marie (Rodez, Espalion, Villefranche, Decazeville), le secteur sud-Aveyron de Millau est rattaché au Centre Hospitalier Intercommunal de Millau.

Cependant le Centre Hospitalier Sainte Marie demeure le seul établissement du département habilité à recevoir les personnes hospitalisées en soins sans consentement – SSC (SSC RE : sur décision du représentant de l’état et SSC DT : à la demande d'un tiers).

Aucun autre établissement n’intervient dans le département en matière de psychiatrie adulte.

Au fil des années, le Centre Hospitalier Sainte-Marie n’a cessé d’améliorer la prise en charge des patients :

  •  en implantant sur l’ensemble des secteurs dont il a la charge et au plus près des patients, afin de répondre au mieux à leurs besoins :

. des unités d’hospitalisation (une clinique à Rodez, une clinique à Villefranche),

. des structures alternatives à l’hospitalisation : des centres médico-psychologiques, des hôpitaux de jour, des centres d’accueil à temps partiel ;

  • en humanisant et en spécialisant ses services d’hospitalisation sur le site de Cayssiols (rénovation d’unités de soins et création de filières de soins courte et longue durées offrant des prises en charge spécifiques) ;
  • en développant plusieurs structures médico-sociales : un EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes), une MAS (Maison d'Accueil Spécialisée), un ESAT (Etablissement d’Aide et de Service par le Travail), un CSAPA (Centre de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie.

 

Projet d'établissement: 

En lien avec les priorités du PRS 2012 et du CPOM 2013-2017, le projet d’établissement du Centre Hospitalier Sainte-Marie, élaboré dans le cadre d’une démarche pluridisciplinaire étayée par un consultant extérieur, s’articule autour d’un projet médical développé selon huit thématiques :

    - l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées et de leur parcours de soins,

    - la création d’une filière réhabilitation/réinsertion,

    - l’amélioration des organisations des activités extra-hospitalières et leur développement,

    - la structuration de la prise en charge des adolescents,

    - l’évolution des prises en charge addictives,

    - le dispositif des urgences,

    - les soins sans consentement,

    - la réorganisation des chefferies de service.

Viennent en appui le projet de soins, le projet social, le projet qualité et gestion des risques et le projet de gestion.

 

Un des axes majeurs de ce projet est la mise en place au 1er février 2015 de la filière réhabilitation sous la responsabilité d’une chefferie de service spécifiquement créée.

Cette filière regroupe l’ensemble des moyens déjà existants, nécessaires à la réhabilitation :

-       l’unité de soins de réhabilitation (USR),

-       l’accueil familial thérapeutique,

-       les appartements thérapeutiques,

-       le centre de réhabilitation psycho-sociale (CRPS) avec ses appartements relais et son CATTP,

-       les appartements relais de Rodez.

 

 

 

Dispositif de soin: 

1-   L’ORGANISATION GENERALE DE l’ETABLISSEMENT

Le Centre Hospitalier Sainte Marie de Rodez est implanté à 2 kilomètres du centre de l’agglomération ruthénoise (lieu-dit Cayssiols).

C’est un Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC) de l’Association Hospitalière Sainte-Marie.

Il totalise avec les structures médico-sociales un effectif de 900 salariés et emploie 34 médecins (organigramme)

Il est le seul établissement de santé du département habilité à recevoir les personnes en soins sans consentement.

Le Centre Hospitalier gère quatre des cinq secteurs de psychiatrie adulte de l’Aveyron :

  • secteur 12G01 (agglomération ruthénoise),
  • secteur 12G02 (Espalion, Nord Aveyron),
  • secteur 12G03 (Villefranche de Rouergue, Ouest Aveyron),
  • secteur 12G04 (Decazeville, Vallée du Lot).

Soit une population d’environ 218 000 habitants.

L’établissement offre une capacité d’accueil de

290 lits et alternatives à l’hospitalisation, soit :

  • hospitalisation complète : 245 lits répartis sur les trois sites : hôpital, clinique de Rodez et clinique de Villefranche de Rouergue,
  • alternatives à l’hospitalisation :
  • 40 places d’accueil familial thérapeutique réparties sur le département,
  • 5 places en appartements thérapeutiques (Rodez)

et 115 places d’hospitalisation partielle (hôpitaux de jour).

L’établissement propose également 34 appartements relais.

Il comprend de nombreuses structures extérieures réparties sur les quatre secteurs qui lui sont rattachés. (cf rubrique nous trouver)

L’établissement est engagé dans une démarche :

  • qualité qui a abouti à sa certification avec recommandations par l’ARS en juin 2013, la prochaine visite est prévue en octobre 2015,
  • de signature d’un Contrat Pluriannuel d’Objectif et de Moyens 2014-2018 avec l’ARS,
  • projet d’établissement, pour la période 2014-2018.

2-    L’ORGANISATION DES SOINS DE L’ETABLISSEMENT

L’établissement comprend :

Les filières de soins intersectorielles :

Capacité installée : 290 lits (hospitalisation et alternatives à l’hospitalisation)

  • La filière courte durée (séjour inférieur à 4 semaines)
  • 1 unité d’Accueil, de Diagnostic et d’Orientation (UADO) .......................... 4 lits
  • 2 unités de court séjour (CS1, CS2) ............................................................ 48 lits
  • 1 unité intersectorielle fermée (UIF) .......................................................... 16 lits
  • 1 unité d’addictologie de sevrage complexe de niveau (CASAP)................... 9 lits
  • 2 cliniques (Rodez et Villefranche de Rouergue)......................................... 61 lits
  • La filière réhabilitation

Hospitalisation et alternatives à l’hospitalisation:

  • 1 unité de soins et de réhabilitation (USR).................................................... 17 lits
  • des appartements thérapeutiques (Cardaillac).............................................. 5 places
  • 1 service d’accueil familial thérapeutique (AFT).......................................... 40 places (familles réparties sur le département)

Ambulatoire:

  • 1 centre de réhabilitation psycho-sociale (CRPS)  (CATTP et 16 appartements relais),
  • 7 appartements relais
  • La filière longue durée (séjour supérieur à 4 semaines)
  • 1 unité d’hospitalisation de longue durée (UHLD)..................................... 25 lits
  • 1 unité d’hospitalisation contenante (UHC)............................................... 14 lits
  • 1 unité de thérapies médiatisées (UTM)
  • La filière de gérontopsychiatrie
  • 1 unité de court séjour gérontopsychiatrique (CSGP)................................ 16 lits
  • 1 unité de moyen séjour gérontopsychiatrique (MSGP)............................. 15 lits
  • 1 unité pour patients psychotiques âgés (UPPA)........................................ 20 lits
  • 1 équipe mobile de gérontopsychiatrie  

 

Les structures de soins sectorisées :

 

Les établissements médicosociaux :

- Un EHPAD (85 places),

- Un ESAT (76 places),

- Une MAS (65 places),

- Un CSAPA (ambulatoire)

Informations clés: 

 

 

File active 2016

8 937 patients

Activité 2016

84 460 journées d’hospitalisation à temps complet

12 483 journées d’hospitalisation à temps partiel

118 447 actes ambulatoires

472 SSC* (soit 19 % des journées réalisées en 2016)

Budget 2016

47 474 765 €

  Effectifs au 31/12/2016  

669.02 ETP* (CDI et CDD) dont 28.77 ETP médecins hors internes

* SSC : Soins Sans Consentement / ETP : Equivalent Temps Plein

Du côté des usagers: 

Les associations d'usagers

• Deux représentants d'associations départementales d'usagers ou de familles agréées par l'Agence Régionale de Santé Midi Pyrénées participent au Conseil Associatif de Surveillance de l'établissement (instance locale de décision).

• Retrouver ici une information de l’UNAFAM Aveyron.

Relation avec les usagers

La Commission Des Usagers (CDU) est présidée par Monsieur Didier PERROT, Directeur des établissements Sainte Marie dans l'Aveyron. Retrouver ici les missions et la composition de la CDU.

Une permanence hebdomadaire des relations avec les usagers est à votre service. Un accueil et une écoute vous y seront particulièrement réservés dans le respect de la confidentialité. Retrouver ici plus d’informations.

Les usagers de l'établissement sont interrogés sur leur satisfaction (retrouver quelques indicateurs ici).

Communication des indicateurs qualité

Retrouvez l'ensemble des indicateurs qualité sur :

ou consultez notre document "La qualité, on l'affiche".

Certification des établissements de santé

La Haute Autorité de Santé (HAS) a certifié le CHSM en catégorie B

Rapport de la HAS

Etablissement d'Hebergement pour Personnes Agées Dépendantes "Sainte-Marie"

Présentation: 



EHPAD Sainte-Marie
140 route de la Prade
12300 FLAGNAC
Tél : 05.65.43.98.00
Fax : 05.65.43.60.67
Un peu d'histoire: 

Le Centre Hospitalier Sainte Marie a géré pendant de nombreuses années deux maisons de retraite : l’une à Rodez et l’autre à Decazeville.

- La maison de retraite de DECAZEVILLE :

Ouverte le 1er février 1988, suite à un arrêté préfectoral du 29 juillet 1987 autorisant la création de 45 lits médicalisés, elle était située à la sortie-est de Decazeville, au 71, av. Paul Ramadier lieu dit Fontvergnes, dans un ancien hôtel dont le Centre Hospitalier Sainte Marie est propriétaire.

Compte tenu de la configuration des locaux, seuls 40 lits avaient été installés.

- La maison de retraite de RODEZ :

Elle a ouvert ses portes le 1er mai 1983, suite à un arrêté préfectoral du 8 avril 1983 autorisant la création de 35 lits.

Initialement, seuls 18 lits relevaient d’une section de cure médicale, cette dernière a été progressivement étendue à 30 lits par arrêté préfectoral du 5 décembre 1984, puis à 35 lits par arrêté préfectoral du 28 mai 1986.

Jusqu’au 31 juillet 1996, la maison de retraite était située dans le centre ville de Rodez, 2 rue Béteille (ancien « Hôtel de la Poste »). Par décision du maire de Rodez sur avis formulé par la commission départementale de sécurité le 22 juillet 1996, le bâtiment a été fermé le 31 juillet 1996.

Compte tenu des impératifs de sécurité et dans l’attente de retrouver un nouveau bâtiment, la maison de retraite a été provisoirement transférée, par décision du conseil d’administration des 7 et 8 octobre 1996, dans l'enceinte du Centre Hospitalier au bâtiment 2ème Sainte Bernadette. La configuration des lieux a permis d’installer 29 chambres individuelles et 8 chambres doubles.

Au 1er janvier 2008, par arrêt, conjoint certifié par le Préfet et le Président du Conseil Général, les deux maisons de retraite ont été transformées en EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes).

Genèse du projet « Flagnac »

A compter de 2005, le Centre Hospitalier Sainte Marie s’est orienté vers un projet permettant de regrouper les deux maisons de retraite Sainte Marie. Après prospection, c’est la commune de Flagnac qui a été choisie pour la construction d’un nouvel établissement.

Le regroupement des deux structures sur ce site a été autorisé par délibération du Conseil d’administration du 27 mai 2006. Un arrêté préfectoral a suivi le 29 décembre 2008.

La construction du nouveau bâtiment a été réalisée en partenariat avec l’Office Public de l’Habitat de l’Aveyron qui a assuré la maîtrise d’ouvrage, le Centre Hospitalier Sainte Marie étant le gestionnaire de la structure. Il a nécessité 2,5 ans de travaux (début du chantier au premier semestre 2008).

Le 5 octobre 2010, l’EHPAD a accueilli ses premiers résidents en provenance de la maison de retraite de Rodez. Ceux de la maison de retraite de Decazeville ont intégré la structure le 7 octobre 2010.

Le 10 janvier 2011, par arrêté conjoint (Conseil Général et ARS) l’EHPAD Sainte Marie offre une capacité de 85 lits dont 5 d’accueil temporaire, soit :

- une unité pour personnes âgées de 67 lits et 2 lits d’hébergement temporaire,

- une unité de 13 lits et 3 lits d’hébergement temporaire destinée aux résidents souffrant de la maladie d’Alzheimer et troubles apparentés (unité sécurisée).

Le 3 mai 2011, deux avenants viennent mettre à jour la convention tripartite.

La convention tripartite de 2ème génération a été signée en février 2014.

Projet d'établissement: 

Ce premier projet d’établissement couvre la période 2013 – 2017, il a été validé par le Conseil Associatif du Centre Hospitalier Sainte Marie le 21 octobre 2013.

Son élaboration s’est inscrit dans une démarche qualité qui prend nécessairement en compte les valeurs de l’Association Hospitalière Sainte Marie, la singularité de la population accueillie et les orientations du schéma départemental en faveur des personnes âgées et s’attache à prendre en compte les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM. Il a été construit en concertation avec les équipes de l’établissement.

Le projet d’établissement sous-tend les actions de l’EHPAD Sainte Marie pour les cinq prochaines années et  donne le cadre et les orientations de l’EHPAD Sainte Marie.

Ce projet d’établissement est la déclinaison des valeurs fondatrices de l’établissement et s’appuie notamment sur les lois et réglementations inscrites dans la démarche de bientraitance.

Il servira de référence pour les évaluations des pratiques professionnelles et plus largement, pour les évaluations internes et externes nécessaires au renouvellement de l’agrément.

Informations clés: 

L'activité 2016

Hébergement permanent :

  • 29 075 journées réalisées

Hébergement temporaire :

  • 151 journées réalisées
Du côté des usagers: 

S'agissant de l'évaluation externe

L'évaluation externe de l’EHPAD Sainte Marie menée par un organisme ANESM habilité à le faire s’est déroulé les 4 et 5 novembre 2014.

La conclusion du rapport fait met en exergue la qualité des soins proposés aux résidents :

« L’équipe est centrée sur sa mission. Les personnes âgées sont accompagnées par des professionnels impliqués et respectueux dans leurs relations quotidiennes. Les personnes accueillies à l’EHPAD sont inscrites dans le fonctionnement de la petite commune de Flagnac et une attention particulière est portée aux animations. »

Les améliorations à fournir portent sur l’efficience des outils de la Loi 2002, l’élaboration et la mise en œuvre d’un projet personnalisé. Ces points, déjà connus de l’établissement font partie intégrante du projet d’établissement 2013-2017 et du plan d’action qualité qui en découle.

Niveau 1 : Inacceptable, dangereux
Niveau 2 : Insuffisant
Niveau 3 : Moyen
Niveau 4 : Bon
Niveau 5 : Excellent
 

Etablissement et Service d'Aide par le Travail "Sainte-Marie"

Présentation: 





ESAT "Sainte-Marie"
Rue des Routiers
ZA Bel Air
12000 Rodez
Tél. : 05 65 77 15 92
Fax : 05 65 77 15 94
 
Un peu d'histoire: 

1er avril 1985 : Création et ouverture de L’E.S.A.T. SAINTE-MARIE, sa construction est assurée par quelques infirmiers et des travailleurs « stagiaires »  en provenance du CH Sainte-Marie. Cette structure médico-sociale est rattachée au Centre Hospitalier Sainte-Marie, dont le Directeur en est le responsable administratif. Un adjoint de direction assure au quotidien la gestion de la structure. L’équipe d’encadrement est composée de 6 infirmiers psychiatriques et un Adjoint de  Direction. Un foyer de vie situé au centre ville de Rodez dans un ancien hôtel, assure l’hébergement, les repas et le suivi médico-social.

Octobre 1985, l’effectif de 50 travailleurs est atteint et l’ESAT connaît un développement important (ateliers horticole, maraîchage, lombriculture, élevage et abattage de volailles)

Il offre aujourd’hui à 76 personnes ayant des antécédents de souffrance psychologique la possibilité de progresser dans leur épanouissement personnel vers une plus grande autonomie et une meilleure intégration sociale.

L’ESAT développe de réelles activités de production trouvant leurs débouchés sur un marché concurrentiel :

- élevage et abattage de poulets de grain (25 000 têtes par an) et de pintades.

- horticulture (roses, fleurs coupées, plants de fleurs, de légumes …)

- torréfaction artisanale de cafés de grands crus

- travaux de  menuiserie

- travaux de sous-traitance (mailing, façonnage de papier, collage, …)

- prestations de service (espaces verts, vignes)

- la ferronnerie (rampe, portail, grille …)

- la reliure de livres (rénovation, façonnage, dorure…)

Dans chaque atelier, un infirmier ou un moniteur d’atelier aide à la réalisation et l’organisation du travail demandé. 

Projet d'établissement: 

L’ESAT a été créé en 1985 par la volonté d’un groupe d’infirmiers qui s’était lancé dans un projet novateur avec un investissement de terrain total. Aujourd’hui, cet outil doit prendre un nouvel élan, c’est un point d’inflexion qu’il convient de donner à la structure pour qu’elle puisse continuer à exister.

A partir de ce constat, le projet d’établissement de l’ESAT pour la période 2014-2018 a été élaboré dans le cadre d’une démarche participative, gage d’appropriation par le personnel et les travailleurs, de faisabilité et de mise en œuvre sur le terrain.

Il est conforme aux recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM. Ses objectifs découlent à la fois de l’évolution des besoins des travailleurs et de l’adaptation des prestations au marché.

Les axes du plan d’action visent à :

1. Réorganiser et rénover les locaux pour :

  •  améliorer la sécurité et l’hygiène et diminuer la pénibilité au travail (construction d’un abattoir conforme aux nouvelles normes, d’un atelier ferronerie …),
  • développer de nouvelles activités (création d’une pépinière…),
  • poursuivre l’activité d’une partie des ateliers existants en les réorganisant en pôle avec zone de déchargement.

2. Améliorer les conditions d'accueil et de prise en charge des travailleurs :

  • instaurer un tutorat (moniteur / travailleur pour la définition du projet individuel),
  • créer des référentiels et fiches de postes,
  • s’inscrire dans la filière de réhabilitation/réinsertion du Centre Hospitalier Sainte Marie en créant des espaces de parole et d'information.

3. Redynamiser l’encadrement à effectif constant. La réorganisation architecturale en pôle a été pensée pour permettre la surveillance de deux ateliers par un même moniteur.

Informations clés: 

L' activité 2016 :

  • Nombre de journées réalisées : 15 545
  • Taux d’occupation de 100%

 

Du côté des usagers: 

S'agissant de l'évaluation externe : 

L'évaluation externe de l’ESAT Sainte-Marie menée par un organisme ANESM habilité à le faire, s’est déroulée les 27 et 28 octobre 2014.

La conclusion du rapport met en exergue différents points forts de l’établissement dont les principaux sont :

  • un établissement disposant d'un projet d'établissement,
  • une structure ayant conduit une évaluation interne et construit un plan d'amélioration continu (PACQ),
  • des outils de la loi du 2 janvier 2002 effectifs,
  • des activités spécifiques (ateliers) fonctionnant en intégrant les travailleurs dans la réflexion organisationnelle,
  • des travailleurs dont la reconnaissance des acquis de l'expérience constitue un axe stratégique de l'établissement,
  • un établissement piloté,
  • un établissement géré économiquement de façon remarquable.

En parallèle, différents points sensibles, déjà connus de l’établissement et intégrés au nouveau projet d’établissement (2014-2018) ont été relevés : mise en place des projets personnalisés, vétusté des locaux, insuffisance du nombre de fiches de postes.

 

Niveau 1 : Inacceptable, dangereux
Niveau 2 : Insuffisant
Niveau 3 : Moyen
Niveau 4 : Bon
Niveau 5 : Excellent

La politique d'amélioration de la qualité de l'accompagnement du travailleur et de l'organisation de l’ESAT Sainte-Marie va être poursuivie via la mise en place du Projet d'Établissement, avec comme fil conducteur le Document Unique sécurité et les préconisations de l'Évaluation Externe.

Maison d'Accueil Spécialisée Sainte-Marie

Présentation: 
































Maison d'Accueil Spécialisée "Sainte-Marie"
Lieu dit Cayssiols
CS 23207 - Olemps
12032 RODEZ CEDEX 9
Tél : 05 65 67 57 01
Un peu d'histoire: 

Le 1er avril 1999, le Centre Hospitalier Sainte Marie a ouvert par redéploiement de moyens une M.A.S. de 60 places sur le site de Cayssiols. Cette structure s’est substituée à l’hospitalisation - jusque-là éclatée dans les différents services de psychiatrie de l’hôpital - de 60 patients dits gravement déficitaires.

L’objectif était de regrouper des personnes présentant une déficience mentale moyenne ou profonde, une psychose déficitaire ou un syndrome autistique, afin de leur offrir un hébergement et une prise en charge ciblés et adaptés à leur pathologie.

Après avoir provisoirement fonctionné durant quelques années dans les bâtiments existants, la M.A.S. a été transférée, le 7 janvier 2003, dans une structure neuve et fonctionnelle, à une extrémité du parc de l’hôpital. Ce site a permis à la fois d’affirmer l’autonomie et le caractère spécifique du projet, et également d’associer aux espaces bâtis, de vastes espaces extérieurs.

La capacité autorisée de la M.A.S. est passée de 60 à 65 lits à compter du 1er octobre (arrêté préfectoral en date du 7 octobre 2003).

 

 

Projet d'établissement: 

Le projet d’établissement est élaboré pour une durée de 5 ans et couvre la période 2013-2017. Il fait suite au précédent projet créé en 2003. Il a été validé par le Conseil Associatif de Surveillance du Centre Hospitalier Sainte Marie le 21 octobre 2013.

Ce projet présente le cadre de référence de l’activité de la structure et définit des objectifs en matière de qualité des prestations et rend lisibles les modes d’organisation et de fonctionnement de la structure permettant de garantir le droit des usagers.

Ce projet s’attache à prendre en compte les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM.

La démarche de réactualisation s’est voulue participative, permettant d’impliquer les différentes catégories de professionnels intervenant dans la structure. L’objectif premier étant de faire du Projet d’Etablissement un outil vivant au service de l’action. 

Informations clés: 

Activité 2016 :

  • 23 134journées réalisées

  • 97,5 % de taux d’occupation

 

Du côté des usagers: 

L’Evaluation interne :

La démarche d’autoévaluation de la MAS a commencé en septembre 2010 et a été approuvée par le Conseil d’administration de l’Association Hospitalière Sainte Marie le 28 novembre 2011.

Elle a permis d’une part de réaliser le diagnostic des forces et faiblesses de la structure au regard du référentiel, une étape indispensable afin de préparer la visite de l’évaluation externe et d’autre part de dégager des plans d’actions.

L’Evaluation externe :

L’évaluation externe de la MAS a été menée par un organisme habilité par l’ANESM à le faire.

Cette phase s’est déroulée les 24 et 25 octobre 2013. La mission a consisté à mesurer les écarts entre auto-évaluation, pratiques quotidiennes et référentiel par le biais d’entretiens des experts avec le personnel et les résidents.

Les conclusions du rapport sont les suivantes :

  • Préconisations générales :

« Nous avons constaté au sein de l’établissement une puissante dynamique d’amélioration continue de la qualité qui s’est notamment traduite par une démarche d’évaluation interne exemplaire et l’actualisation récente du projet d’établissement et qui se poursuit par la mise en œuvre à un rythme « soutenable » du plan d’actions du projet d’établissement issu de l’évaluation interne et par un travail de fond en termes d’appropriation des recommandations des bonnes pratiques professionnelles. On constate également tant de la part de la direction et de l’encadrement que de l’ensemble du personnel un haut niveau de conscience critique qui conduit à réinterroger de manière régulière l’organisation et les pratiques professionnelles On peut résumer l’ensemble de nos préconisations en une seule phrase : « continuez dans cette voie » »

DBM De Bussac Multimédia